29/09/2014

Sortie du numéro 66 de la revue Rébellion

Rébellion66-1.jpg

 

Au sommaire du numéro 66 de la revue Rébellion :

Edito : Lou Mistrau mi fa cantar.

Entretien avec Alain de Benoist sur le Traité Transatlantique

Dossier : Contrôle Social et Sociale Ingénierie

Ingénierie sociale et conflits identitaires par Lucien Cerise

L'effondrement contrôlé des sociétés complexes par Lucien Cerise

Chronique : la société de l'Indécence.

L'économie, un objet  philosophique par David l'Epée. 

Culture : Regard sur l'oeuvre de Lautréamont par Diaphane Polaris

 

Numéro disponible contre 4 euros à notre adresse :

Rébellion C/o RSE BP 62124 31202 TOULOUSE cedex 02 - France 

26/09/2014

Pierre Le Vigan : Chronique des temps modernes

Le travail créatif contre l’aliénation par le travail

Avec Chronique des temps modernes (qui reprend et élargit en fait Le front du cachalot, paru en 2009), Pierre Le Vigan livre un ouvrage foisonnant, qui aborde une multitude de thèmes aussi bien politiques et anthropologiques que cinématographiques, littéraires et psychologiques. A travers une foule abondante de pensées, de méditations et d’aphorismes, l’auteur dresse une sorte d’inventaire critique général de la modernité. Pourtant, il ne sombre jamais dans la nostalgie pure et simple du passé ; et l’on peut même dire au contraire que l’avenir ne cesse d’éclairer le livre, comme un horizon porteur de sens, offert à qui prendrait encore la peine de se soucier de lui.

A côté de ce qui enracine, en somme, existe aussi ce qui meut. En même temps qu’un homme puise sa source dans son passé, il agit pour l’avenir. Cela fait écho en quelque sorte à la distinction opérée par Hannah Arendt entre « ce que je suis » et « qui je suis ». « Ce que (je suis), dit Pierre Le Vigan, regroupe mes appartenances, mon identité, ma provenance. Qui (je suis), c’est ce que je fais, mes actes, l’acteur que je suis : c’est moi-même en tant que je me découvre dans mon expérience. » Cette dualité parcourt à vrai dire l’ensemble de l’ouvrage, judicieusement tiraillé entre le respect pour ce dont on hérite et l’enthousiasme pour ce qu’on tente de construire. Par là, le propos d’ensemble tranche assurément avec un simple discours anti-moderne ou traditionaliste. Critiquer la modernité et respecter la tradition ne sauraient signifier qu’on momifie ce qui est mort pour le préserver tel quel dans l’éternité.

Reste que notre époque nous donne souvent de quoi nous lamenter. « La perte des repères et des normes est ce qui crée la souffrance sociale, souffrance dont ceux qui ont encore des repères sont les premières victimes. » Partout à l’entour, on peut voir les stigmates d’un monde déstructuré. Les contemporains vivent dans une sorte de chaos représentationnel, dans un nihilisme des valeurs et des émotions, qu’ils tentent péniblement de compenser par une frénésie artificielle et exaltée. Mais de tels processus de compensation ne peuvent durer qu’un temps, car, après la frénésie, vient l’épuisement. « Le rapport de l’homme au temps a changé. Les problèmes doivent être résolus instantanément. L’homme vit à flux tendu : les décisions ne peuvent être reportées. Le vécu du temps devient moins un vécu de la durée qu’un vécu de l’urgence. Cela ne vas pas sans une certaine ivresse, mais aussi sans les retombées de celle-ci : dégrisement, lassitude, épuisement. D’où des stratégies de ralentissement du temps, comme la dépression […]. » Le paradoxe est en somme que « plus les chemins de fer avancent, moins il y a de bitards », comme disait Mérimée. En d’autres termes, plus il y a de progrès, moins il y a de poésie et de joie de vivre. La modernité triomphante n’a été à bien des égards que l’aboutissement d’un long processus de déclin de la civilisation.

Cet effondrement a toutefois un nom, qui est en même temps une cause : l’économisme. Si nos repères s’étiolent, si le sens est absent, c’est en effet que nous nous abîmons purement et simplement dans le matérialisme économique, qui nous fait oublier la dimension proprement existentielle de notre être. « Selon Bernard Stiegler, la société de consommation tue la capacité de s’aimer soi-même. Elle noie chacun dans une foule fascinée et sidérée par les objets et empêche les constructions d’identités propres à chacun. En annulant le rôle des environnements proches, la société de consommation prive chacun de passé tout comme d’avenir, et nous met dans un état d’absence à soi. »

Notre problème n’est donc pas seulement déterminé par le capitalisme, comme tendaient à le penser les marxistes orthodoxes. Car ce ne sont pas uniquement les rapports de production matériels qui induisent notre mal-être : c’est d’abord et avant tout la mentalité dominante de notre époque, qui nous voue au « toujours-plus » plutôt qu’au « toujours-mieux ». Nous privilégions le quantitatif plutôt que le qualitatif, et nous en oublions de vivre. C’est pourquoi Thierry Maulnier avait raison de dire : « Faîtes du sport, vous ne vivrez pas plus vieux, mais vous vivrez plus jeune. » Il faut rapprendre à bien vivre, au lieu d’être obsédé par l’accumulation. Pour autant, le capitalisme demeure l’une des expressions de cette mentalité quantitativiste, et c’est bien en ce sens qu’il doit être combattu. « Pascal Bruckner, dans Misère de la prospérité. La religion marchande et ses ennemis (Grasset, 2002), […] critique moins le capitalisme que l’économisme. Critiquer le capitalisme comme effet d’une mentalité plutôt que comme une cause : il n’y a rien à dire contre cela. On ne peut être anticapitaliste sans critiquer l’économisme. » Le capitalisme renforce la mentalité quantitativiste du monde moderne. En même temps qu’il constitue une expression de cette mentalité, il constitue donc aussi un facteur essentiel de son expansion. Le capitalisme crée une société où tout le monde se trouve enferré malgré lui dans des modes d’existence nihilistes, c’est-à-dire dépourvus de sens. Et le lieu principal de cette aliénation n’est autre que le travail.

L’aliénation par le travail fait l’objet de très belles analyses tout au long du livre, comme dans cette page consacrée à Robert Kurz, Ernst Lohoff et Norbert Trenkle (Manifeste contre le travail, Léo Scheer, 2002). « La thèse est simple : le travail ne s’oppose pas au capital comme le croit un marxisme primaire, mais est transformé par le capitalisme en pur facteur de production et en ressource à valoriser. L’essentiel serait donc la critique de l’aliénation par le travail. La cause est entendue et les situationnistes avaient déjà critiqué tant le travail que le fétichisme de la marchandise, critique toujours actuelle. Mais le passage d’une critique du capitalisme à la critique du travail soulève deux objections. Elle aboutit à minimiser, voire estomper l’enjeu dont le travail est l’objet quant à la valeur qui lui est affectée et à la répartition de ses fruits. En d’autres termes, elle estompe les enjeux de classe – qui sont bel et bien réels. En outre, […] à nier les que le travail soit un invariant anthropologique, à nier ses aspects positifs de constituant d’identité, à le critiquer d’une manière radicale, on se condamne à ne pas voir les excès réels de la pression du travail, l’aliénation propre non au travail mais au salariat. On se condamne aussi à ne pas réfléchir sur les conditions de travail à changer. Ces critiques du travail […] font l’impasse sur la vraie question : restaurer la joie par le travail, lui donner une dimension créatrice, lui donner une place qui soit plus équilibrée par rapport au temps hors travail […]. »

Le travail n’est pas une mauvaise chose, en lui-même : voilà une belle leçon héritée du monde ancien ! Mais, précisément parce que le travail structure et anoblit l’homme, il doit conserver sa dimension qualitative, sous peine de devenir aliénant et d’opprimer l’âme. Le travail moderne signe trop souvent la fin de toute aspiration élevée, au nom d’exigences rentabilistes abêtissantes. C’est ce que disait par exemple Henry David Thoreau, qui s’affirmait ainsi comme un critique radical, non pas du travail, mais de l’aliénation dans le travail. Comme tous les critiques du travail, c’était d’ailleurs un grand travailleur ! Il soutenait que l’argent devient de nos jours le seul moteur du travail, alors que nous devrions plutôt travailler par goût de ce que nous faisons. Pierre Le Vigan cite un texte de 1863 : « Le but recherché par un travailleur ne devrait pas être de gagner sa vie, d’avoir un bon travail, mais de bien accomplir une certaine tâche. En outre, d’un simple point de vue pécuniaire, la ville ferait des économies en payant suffisamment ses employés de façon qu’ils n’aient plus l’impression d’accomplir leur travail pour de basses considérations, c’est-à-dire simplement pour gagner leur existence, mais pour un but scientifique, voire moral. N’embauchez pas un homme qui fait un travail pour de l’argent, mais plutôt celui qui l’accomplit parce qu’il aime sa tâche. »

Cela revient à dire que le bon travail, en fait, n’est autre que le travail libre, par opposition au salariat. Le bon travail ressemble beaucoup à ce que les Romains appelaient l’otium, que l’on traduit généralement par « temps libre ». Mais il faut bien comprendre que le loisir ainsi entendu n’avait rien à voir avec l’indolence. C’était une véritable activité, dont on s’acquittait à des fins constructives. « Dans son sens premier, le loisir était un temps pour l’étude (scholè). Tandis que le temps libre, notion plus large, était l’otium, ce qui implique l’idée d’une disponibilité, d’une ouverture. Chez les Romains, […] l’otium est le temps du repos. Non un temps de la paresse, mais un temps pour réparer la fatigue. Le loisir doit être honorable, comme le dit Cicéron à Atticus. […] Pour Sénèque (Ier siècle de notre ère), le temps du loisir doit se soucier des affaires publiques. Ce n’est pas un temps pour l’individualisme et le repli sur soi. Selon Sénèque encore, l’esprit meurt de trop de repos. »

L’homme moderne manque en définitive de loisir, de liberté et d’enthousiasme dans son travail tout comme il manque de travail, de structure et d’abnégation dans ses loisirs. Le capitalisme nous aliène à travers un salariat oppressant dévolu à la seule rentabilité, tandis que le déclin de la sphère publique nous abandonne à l’individualisme durant nos périodes de temps libre. Nous perdons à la fois le sens du travail bien fait et celui de l’action communautaire spontanée. Autant dire que nous perdons en fait notre rapport au sens tout court, car plus rien ne peut avoir de sens lorsqu’à la fois le travail et le temps libre sont ainsi désincarnés. Lire le livre de Pierre Le Vigan est donc une bonne manière de passer son temps libre. C’est un antidote au spleen et au désoeuvrement, un baume apposé sur les plaies mortifères de la modernité.

Thibault Isabel

 > Pierre Le Vigan, Chronique des temps modernes, La Barque d’Or, 236 p.

24/09/2014

Editorial 66 : Lou Mistrau me fa cantar...

Le Président de ce qui subsiste de la République française se soucie comme d'une guigne du sort des ouvriers de Saint-Nazaire travaillant à la construction des navires "Mistral" que la France devait livrer à la Russie. Ce n'est pas que nous soyions des chantres du productivisme militariste mais dans les conditions actuelles la livraison , suspendue dorénavant, de ces bâtiments de combat assurait leur existence économique à quelques centaines de travailleurs. Mais Hollande est grand Prince, il est généreux avec la peau d'autrui, surtout lorsqu'il s'agit de prolétaires ; il peut sacrifier des milliards d'euros que la Russie ne manquerait pas de lui réclamer en cas de rupture du contrat. Le peuple français paiera (1).

Le Président, quant à lui, est comme la cigale de la fable, il préfère chanter les louanges de l'OTAN et de la démocratie proclamée urbi et orbi, il s'associe aux chœurs des pleureuses de la haute finance qui sentent bien dépourvues de profit suffisant pendant que la paupérisation empoigne les travailleurs. Il entonne un péan à la gloire d'Obama et des Etats-Unis, s'associant à leur entreprise guerrière en Irak et en Syrie, ne sachant comment leur faire plaisir et s'en faire aimer. Il souffle dans les trompettes de Jéricho qui abattront les murailles d'un Etat islamique quasi insaisissable et mouvant mais omniprésent dans les zones géopolitiques sensibles. Il se fait le relais des hosannas d'Israël lorsqu'il s'agit de massacrer le peuple palestinien. Et puis un grand vent mistralien a traversé sa boîte crânienne, là il y trouva un symbole puissamment adéquat pour signifier sa soumission à l'ordre atlantiste! Tout le profit est pour vous, nos chers maîtres! Que pourrions-nous faire de plus pour nuire à la Russie et appuyer votre offensive en Europe orientale? Nous donnons l'exemple à nos partenaires de l'UE afin que celle-ci soit votre féale ad vitam aeternam. En récompense nous espérons participer à la danse dionysiaque qui, grâce au traité transatlantique, rendra exsangues les prolétaires européens. Nous avons déjà fait beaucoup pour les réduire au silence en intensifiant leur exploitation, en les réduisant au chômage, en favorisant le patronat et ses délocalisations, en détricotant les rares "avantages sociaux"acquis, Valls est même allé passer la brosse à reluire aux représentants du capitalisme français. Arrivé à ce stade, il est difficile d'imaginer ce que le gouvernement social-démocrate est encore capable d'imaginer afin de signifier son abjection et sa soumission au monde unipolaire prôné par le capitalisme occidental. Totalement discrédité auprès du peuple français, il s'est engagé dans une course vertigineuse à la remorque de la haute finance.

Qu'en résulte-t-il sur le plan de l'analyse de l'évolution des forces politiques en présence et sur le terrain de la lutte de classe. Il a été dit que Hollande a accompli un net virage à droite et qu'il l'assume en ayant nommé Valls au poste de premier ministre. Si l'on prend un tant soit peu de recul cela ne paraît pas aussi frappant dans la mesure où il est dans la nature de la social-démocratie d'avoir toujours cautionné la politique du capital depuis... 1914! Son essence est de toujours faire le contraire de ce qu'elle a fait miroiter afin de se faire élire aux rênes de la machine d'Etat capitaliste. Par là même, elle sécrète toujours à sa marge, de la dissidence de gauche, vivier naturel des sectes plus ou moins trotskisantes. L'originalité de notre époque réside dans l'affaiblissement définitif du PC "laurentien" en France devenu une force d'appoint du conglomérat hétéroclite de gauche qui tentera sans succès de supplanter le PS. Ce n'est d'ailleurs pas sa fonction première qui est simplement de faire survivre l'illusion de la gauche et de son idéologie proprette : discourir avec radicalité sur les misères contemporaines sans outrepasser néanmoins certaines limites de la bienséance exigée par les seigneurs de notre temps et saboter pratiquement toute velléité de lutte effective de classe qui s'attaquerait frontalement au rapport social capitaliste. Un peu d'écologisme, de féminisme, d'antifascisme, d'altermondialisme, de libertarisme sociétal, de réformisme économiste, telle est sa recette. cela a suffi pour l'instant à endiguer une colère prolétarienne qui monte mais qui n'a pas encore retrouvé pleinement ses organes de lutte révolutionnaire et qui n'ose plus penser sa seule perspective historique réelle d'envoyer la machine à extorquer du profit par dessus bord.

Pour l'instant une partie significative du peuple, dégoutée par l'oligarchie politicienne, se tourne vers le FN. Il s'agit d'une adhésion au sein d'un contexte électoraliste non remis en question. cela n'a rien d'effrayant comme le clament les hérauts de la coterie "républicaine" ; à la limite si le FN l'emportait dans le cirque électoral cela pourrait mettre le bazar dans les tripatouillages des éminents politiques. Mais très rapidement le FN devrait prendre position face aux exigences et aux nécessités de l'exploitation capitalistes. Nous doutons fort que celui-ci soit armé pour y faire face et désire réellement en découdre avec la classe dominante. Cela réclame une orientation théorique et pratique très claire sur la nature de celle-ci, sur la dynamique du processus de valorisation du capital et sur son redéploiement globalisé mondialement entraînant les soubresauts géopolitiques actuels (2).

Seule l'activité de larges secteurs prolétariens en guerre contre leurs conditions sociales imposées peut accoucher de formes politiques nouvelles exprimant leurs besoins humains. Ces formes perdureront tant que l'univers marchand ne sera pas réduit à quia. C'est la lutte contre l'existence dominée par le travail salarié et non pour un réaménagement de la croissance capitaliste, un grand coup de mistral afin de nettoyer l'atmosphère pestilentielle de l'accumulation des marchandises et y substituer l'épanouissement de la communauté humaine revitalisée.

NOTES :

1) Il est bien vrai que certains ne peuvent plus payer, et même parmi ceux le pouvant encore il s'est trouvé un député PS qui avait décidé depuis trois ans de s'abstenir de payer ses impôts et de ne plus honorer ses quittances de loyer. Faisait-il partie, avant de se faire exclure du parti, de la fraction des "frondeurs", mâles défenseurs de l'illusion démocratique, ou de sa frange radicale occulte préconisant, qui sait, la thèse anarchiste de la reprise individuelle et de la désobéissance à l'Etat? Il semblerait que non, le personnage ayant argué d'une "phobie administrative" afin d'expliquer son attitude dans laquelle, pour notre part, nous ne lisons qu'une outrecuidance propre aux membres de l'oligarchie politicienne entretenue par le système. Il est probable que les prolétaires seront eux aussi, quelque jour, frappés d'une phobie particulière, la "capitalophobie".

2) A l'attention des lecteurs distraits ou épisodiques de "Rébellion", soulignons que c'est le fil conducteur de notre revue.

 

16/09/2014

Syndicalisme de la misère. Misère du syndicalisme.

 

syndicalisme,syndicalisme révolutionnaire,rébellion,socialisme révolutionnaire

 

Paru dans le numéro 1 de Rébellion (Juillet /Aout 2003)

Un consensus tacite s’est établi pour masquer l’érosion des effectifs des centrales syndicales. Personne ne cherche à révéler l’ampleur de la chute des adhésions. Le ministre du travail et le patronat n’y ont aucun intérêt, car, ils ont trop besoin de ces « partenaires sociaux » pour conserver l’ordre social en canalisant les revendications du monde du travail.

Avec à peine 9 % de syndiqués sur l’ensemble de la population active, ils ont bien du mal à incarner un organe représentatif de la classe ouvrière. Bien conscientes de cette situation, les directions syndicales se sont repliées sur la gestion des organisations paritaires de protection sociale à laquelle participent le patronat et l’Etat. Le partage du gâteau permettant de conserver une armada de permanents qui sont souvent les seules troupes des syndicats.

Moins de syndicats dans l’entreprise, c’est aussi plus de mauvaises surprises pour le patronat. Les grèves sauvages lancées par des coordinations se sont révélées plus difficiles à gérer, plus dures à canaliser que les mouvements organisés par les sections syndicales. Les conflits se sont durcis. La reprise de la lutte ouvrière à la fin de la décennie 1980, l’apparition de coordinations, lors de la grande grève des cheminots de l’hiver 1986-87, puis dans le conflit des infirmiers de 1988, révèlent une défiance vis-à-vis des appareils syndicaux chez les salariés. Les conflits se sont durcis avec un développement d’actions autonomes et spectaculaires.

Perspective déjà perçue dans les années 1920 par le courant conseilliste, la transformation des syndicats en courroies de transmission du système s’est accompagnée de l’adoption de revendications purement réformistes et catégorielles, d’un discours « citoyenniste » et de surenchères gauchistes (soutien aux sans-papiers, taxation des bénéfices style taxe Tobin…)

En faisant croire aux travailleurs que la hausse des salaires est le but ultime des luttes, les syndicats ne font qu’aménager le cadre de l’exploitation capitaliste.

Ils ne cherchent plus à s’attaquer de front à la domination du capital. Leur discours réformiste tente de faire croire à la fin de la domination de classe et des luttes qui en découlent. Pourtant il suffit de regarder autour de nous, pour constater que le fossé entre classes sociales perdure et s’accroît considérablement. Les affrontements sociaux ne manquent pas et même se multiplient avec la restructuration de l’économie entamée avec la mondialisation. Les syndicats sont d’ailleurs des partenaires de cette restructuration, comme l’illustra l’isolement des luttes lors de la fermeture des sites de la sidérurgie française à la fin des années 1970 et celle des chantiers navals au début des années 1980.

Ayant abandonné la lutte pour se replier sur des positions défensives, les syndicats ne sont plus l’avant garde des travailleurs. Les masses ne sont plus dans les organisations syndicales et l’évolution de ces dernières leur donne raison. Depuis la vaste mystification de l’hiver 95 aux négociations des 35 heures, les salariés se sont aperçus de leur trahison. Manifestant leur désapprobation, les travailleurs votent avec leurs pieds, ne se mobilisent plus sur les mots d’ordre syndicaux, boudent les élections, favorisent d’autres formes d’organisation de combat dans le monde du travail.

Devant l’impossibilité de constituer des contre organisations face aux centrales sclérosées (voir les expériences des syndicats FN ou de SUD), il faut tenter de créer une alternative. Les masses n’étant plus à l’intérieur de syndicats, partons à leur recherche au cœur du monde du travail et des luttes.

Les conseils ouvriers : une alternative ?

Après la Première Guerre Mondiale est apparue la perspective des conseils ouvriers, en Allemagne en particulier. Marqués par un refus du syndicalisme et de la social-démocratie réformiste, les conseils sont une organisation des travailleurs sur le plan géographique et non plus sur la base des branches d’industrie. Ils rejettent la bureaucratie syndicale des permanents au profit des délégués révocables par la base et responsables devant elle. Cette forme d’organisation facilite la participation de salariés syndiqués et non-syndiqués, en particulier des jeunes et des femmes, dans la construction d’une résistance ouvrière unitaire et inventive. Cette assemblée populaire est un lieu où se tissent des liens de solidarité et qui permet à chacun de s’impliquer dans une démocratie directe et dans la création d’alternatives au système.

Certains ont vu dans les conseils ouvriers l’image future de la société socialiste. Cependant une ambiguïté subsiste : le socialisme n’est-il que l’autogestion des structures économiques du capital ? Peut-on promouvoir un autre rapport social en se contentant de gérer des entreprises, sur le terrain économique ? Par exemple, de nos jours il ne s’agit plus de développer seulement les forces productives au nom du prolétariat comme le proposait le mouvement ouvrier, encore au début du vingtième siècle. Le socialisme n’est pas une solution productiviste. Par ailleurs, c’est actuellement une perspective vouée en grande partie à l’échec à cause de l’extension universelle du capital, de ses possibilités concurrentielles et de ses délocalisations. Cette perspective se transformerait rapidement en gestion de leur propre misère, par les travailleurs.

Le conseil est une forme pertinente de lutte dans la mesure où il permet un contrôle par la base. Encore ne l’est-il que s’il échappe aux manipulations gauchistes omniprésentes dans les « coordinations ». Que ce soit par l’intermédiaire de celles-ci ou par l’action des syndicats, les grèves longues, à répétition, épuisantes ne peuvent porter leurs fruits et n’aboutissent qu’au découragement. Elles n’entament pas la force du capital et entretiennent simplement l’illusion, que l’on pourrait aménager le système en demandant toujours plus. Elles entretiennent l’illusion de la pérennité du travail dans sa forme actuelle, le salariat et son corollaire contemporain, l’idéologie hédoniste et consumériste.

Rien ne sert de se battre pour des acquis qui seront rapidement grignotés. Il est plus que jamais nécessaire de rompre avec la logique capitaliste, en portant des coups au capital international notamment, et de ramener les travailleurs sur la voie de leur émancipation, par l’abolition de l’esclavage salarié.

Pour cela, la lutte demeure formatrice de la conscience des travailleurs qui apprennent à déjouer les piéges du système et de ses organisations de pseudo luttes. La résistance n’est pas inutile non plus sur le plan économique face au capital toujours prêt à mettre à mal les conditions d’existence des travailleurs.

Il faut toujours faire ressortir que l’antithèse au libéralisme n’est pas le socialisme bureaucratique d’Etat ni les versions sociales démocrates de l’Etat providence mais le socialisme fédéraliste et mutualiste.

Il appartient au mouvement social de produire une nouvelle figure de la politique permettant de se réapproprier nos conditions d’existence.

Cela implique la construction de réseaux de luttes avançant l’idée d’obsolescence de la démocratie représentative et prônant la démocratie directe pas seulement sur les lieux de travail mais dans la société en général. De là, une propagande contre les partis du système et par delà la droite et de la gauche.

Politique d’abord

La finalité est donc politique ; la doctrine conseilliste reste acéphale, il faut poser le problème du pouvoir. L’aspect positif de cette théorie réside dans la participation active des travailleurs à leurs conditions de travail et d’existence. Néanmoins, il faut insister sur la localisation du pouvoir, en fait l’hégémonie de la perspective socialiste. Celle-ci doit être mise en œuvre par des mesures précises que devrait prendre une République sociale. La République Sociale n’implique pas seulement un nouveau dessein ou un modèle d’Etat qui respecte la réalité primordiale de la Nation, mais avant tout un projet historique capable de matérialiser le concept de Souveraineté Populaire, ouvrant au tissu communautaire le contrôle effectif du mécanisme de gouvernement. On doit constater l’échec des anciens modes d’organisation du mouvement ouvrier -héritiers des luttes sociales du 19° et du 20° siècle- que le développement actuel du capitalisme rend inutiles. Au lieu de s ‘enfermer dans des logiques périmées, le militant Socialiste révolutionnaire doit œuvrer pour amener une prise de conscience des masses. Les jours du système seront comptés à partir du moment où les travailleurs auront compris ces tenants et aboutissants, et qu’ils ne lui reconnaîtront plus de légitimité.

Le Syndicalisme Révolutionnaire : une spécificité française

 

 

The_hand_that_will_rule_the_world-2.jpg

 « Le syndicalisme français est né de la réaction du prolétariat contre la démocratie » (H. Lagardelle)

Dans l’histoire du mouvement ouvrier européen, le syndicalisme révolutionnaire français tient une place à part du fait de l’originalité de son organisation et de son mode d’action.

Ses origines.

La confiscation, par la bourgeoisie à son seul bénéfice de la Révolution de 1789, entraîna la mise en place de sa domination. Une de ses priorités fut d’empêcher que les ouvriers puissent s’organiser pour se défendre contre son exploitation. Sous le fallacieux prétexte d’éliminer les corporations de métiers de l’Ancien Régime, la loi « Le Chapelier » en juillet 1791 interdit toute entente entre travailleurs pour assurer leurs intérêts. Toute tentative de leur part étant jugée un « attentat contre la liberté et la Déclaration des droits de l’homme ».

En conséquence, le mouvement ouvrier naquit dans la clandestinité. Le développement croissant des organisations d’entraide des travailleurs furent reconnu sous le second Empire qui mit fin au délit de coalition en 1864. Mais la sanglante répression de

la Commune entraîne la disparition des meilleurs cadres révolutionnaires ; fusillés, exilés ou déportés vers les bagnes d’Outre-Mer à la suite de la Semaine Sanglante.

La classe ouvrière sera alors sous la surveillance draconienne des gouvernements successifs. La bourgeoisie, craignant à chaque instant un soulèvement général contre son pouvoir, encouragea la plus dure fermeté. On ne peut comprendre l’égoïsme bourgeois sans prendre en compte la peur permanente de se voir contester les biens qu’ils ont raflés. L’Etat devenant pour les travailleurs l’outil répressif du Capital. En 1831, 1848 et 1871 les classes dirigeantes ont répondu par la violence aux légitimes revendications de la classe ouvrière. Cette expérience de la répression forgera la conviction dans l’avant-garde prolétarienne que face à l’autorité, on ne peut pas négocier mais seulement lutter. L’anti-parlementarisme du syndicalisme révolutionnaire s’explique par la conviction qu’il n’y a aucune réforme possible dans un système né et dominé par le capitalisme. L’anti-militarisme vient aussi de là. L’armée n’étant plus la défenseuse de la Nation, mais la briseuse de grèves. L’envoi de troupes étant la réponse des pouvoirs publics aux attentes populaires. L’intense propagande anti-militariste des syndicalistes révolutionnaires rencontra un écho favorable dans les couches populaires contraintes de voir leurs fils embrigadés au service du régime répressif.  

Les Bourses du travail

La proclamation de la IIIème République ne mit nullement fin à la répression. La désorganisation des structures syndicales vit l’apparition de groupe réformistes, prêchant l’entente avec l’Etat et la bourgeoisie, qui ne firent que confirmer l’inutilité du dialogue avec l’oppression. Ce qui se traduisit par une poussée des syndicats d’orientation révolutionnaire. 

Durant cette période, dans le but de contrôler la circulation de sa main d’oeuvre le patronat encouragea les municipalités à créer des bourses du travail dans le but de réguler le marché du travail au niveau local. Elles se multiplièrent à une vitesse prodigieuse (la première a Paris en 1887 et dès 1890 à Toulouse).

Très vite, leur réappropriation par des militants révolutionnaires firent des bourses des centres de luttes sociales. Organisant la solidarité ouvrière, elles furent un laboratoire des futurs modes d’action des syndicalistes français. Ce mouvement fut mené par un homme exceptionnel, Fernand Pelloutier qui fut un des inspirateurs de G. Sorel qui le qualifiait de « plus grand nom de l’histoire des syndicats ». Il impulsera la création de la Fédération des bourses du travail de France. C’est à lui que le mouvement ouvrier français doit l’idée de la grève générale et de l’indépendance des syndicats à l’égard des partis et de l’Etat. Il est alors en totale opposition avec Jules Guesde, fondateur du Parti Ouvrier Français d’inspiration marxiste, qui affirmait la prépondérance de l’action politique de son parti sur les luttes syndicales.

Les bourses menaient en parallèle deux axes d’action. En premier lieu, une action sociale, qui consistait au placement des salariés, à les aider à se qualifier professionnellement et à se cultiver. Par des cours d'enseignement professionnel et d'enseignement général, des dispensaires médicaux chargés de lutter lors d'accidents du travail contre les compagnies d'assurance trop complaisantes avec le patronat, des bibliothèques destinées à la formation idéologique et à la distraction des ouvriers ou encore les services de renseignements juridiques afin de renseigner les travailleurs sur les nouvelles lois à caractère social de la IIIème République, les bourses du travail furent des applications concrètes du programme socialiste révolutionnaire. La dimension d’éducation populaire fut une des priorités de Pelloutier selon sa fameuse formule "éduquer pour révolter". L’émancipation des travailleurs devant d’abord passer par la prise de conscience de la réalité de leur exploitation. Comme le déclara Emile Pouget « la besogne des révolutionnaires ne consiste pas à tenter des mouvements violents sans tenir compte des contingences. Mais de préparer les esprits, afin que ces mouvements éclatent quand des circonstances favorables se présenteront »

En second lieu, l’action de liaison et de solidarité avec les syndicats ouvriers. L’implantation des bourses impulsa le développement des syndicats qui pouvaient s’appuyer sur leur réseau. Elles furent des lieux de regroupement pour les ouvriers grévistes, des fonds de solidarité se constituèrent avec des souscriptions dans les usines pour aider les travailleurs en lutte. C.G.T. et Fédération des bourses du travail fusionnèrent en 1902 lors du congrès de Montpellier, constituant ainsi une seule organisation centrale composée de deux sections, celle des fédérations de métiers et celle des Bourses du travail.  Mais avant cela eu lieu un événement fondateur pour le mouvement syndicaliste français : la naissance de la CGT.

1895 : La CGT

Quand en 1884, la loi autorise la création de syndicats, la République tente de séduire la classe ouvrière pour lui faire oublier son alliance objective avec le grand capital. La majorité des travailleurs restèrent méfiants, considérant que cette loi était conçue pour permettre de contrôler l’existence de structures jusque là clandestines.

Après des négociations préalables, c’est à Limoges en septembre 1895, que voit le jour la Confédération Générale du Travail qui se fixe comme objectif principal « d’unir sur le terrain économique et dans les liens d’étroite solidarité, les travailleurs en lutte pour leur émancipation intégrale ».

Après des premières années encore chaotiques, l’organisation sous l’impulsion de Victor Griffuelhes va connaitre une période d’intense activité. Nommé secrétaire général de la CGT, cet ancien ouvrier qui fut un militant blanquiste acharné, se consacre à faire de l’organisation une machine de guerre des classes.

Avec Emile Pouget, son fidèle camarade, on le retrouve partout où des grèves éclatent. Peu habitué aux palabres interminables, il impose son autorité d’une main de fer. Cela lui sera souvent reproché et lui vaudra de nombreux ennemis, mais on ne pourra jamais remettre en cause son désintéressement. Grâce à son caractère sans concession, les querelles entre courants furent mises en sourdine et le syndicat put garder une totale indépendance vis-à-vis de l’Etat qui tentait de corrompre les dirigeants syndicaux.

Lors de l’adoption de la charte d’Amiens, au congrès confédéral de 1906, on rappellera que : « La CGT groupe, en-dehors de toute école politique, tous les travailleurs conscients de la lutte à mener pour la disparition du salariat et du patronat.(…) Le congrès considère que cette déclaration est une reconnaissance de la lutte des classes qui oppose sur le terrain économique, les travailleurs en révolte contre toutes les formes d’exploitation et d’oppression, tant matérielles que morales mises en oeuvre par la classe capitaliste contre la classe ouvrière ».

L’action directe

Dans le mouvement socialiste de Janvier 1905, Victor Griffuelhes donnait de l’action directe la définition suivante : « l’action directe veut dire action des ouvriers eux-mêmes. C’est-à-dire action directement exercée par les intéressés. C’est le travailleur qui accomplit lui-même son effort ; il l’exerce personnellement sur les puissances qui le dominent, pour obtenir d’elles les avantages réclamés. Par l’action directe, l’ouvrier crée lui-même sa lutte, c’est lui qui la conduit, décidé à ne pas s’en rapporter à d’autres que lui-même du soin de le libérer ».

Les syndicalistes révolutionnaires menaient la lutte pour l’amélioration des conditions de travail pour que la « lutte quotidienne prépare, organise et réalise la Révolution » comme l’écrivait Griffuelhes.

Faite par des minorités agissantes et conscientes, l’action directe vise à frapper les esprits (comme lors de la grève générale de 1907 où Paris se retrouve plongé dans le noir suite à une action de sabotage des syndicalistes révolutionnaires électriciens). Elle doit imposer la volonté des ouvriers au patron, l’utilisation possible de la juste violence prolétaire pouvant entrer dans cette stratégie. « Il n’y aura, en effet, intégralité d’émancipation que si disparaissent les exploiteurs et les dirigeants et si table rase est faite de toutes les institutions capitalistes. Une telle besogne ne peut être menée à bien pacifiquement – et encore moins légalement ! L’histoire nous apprend que jamais, les privilégiés n’ont sacrifié leurs privilèges sans y être contraints et forcés par leurs victimes révoltées. Il est improbable que les bourgeois aient une exceptionnelle grandeur d’âme et abdiquent de bon gré… Il sera nécessaire de recourir à la force qui, comme le dit Karl Marx est l’accoucheuse des sociétés » (Emile Pouget-La CGT).

 

Le mythe de la grève générale en action 

Un bras de fer entre la CGT et l’Etat s’engage en 1904 pour la journée de huit heures. La campagne devant aboutir à une démonstration de force le 1er Mai 1906, qui est organisé activement pendant un an. Toutes les forces de l’organisation sont lancées pour la bataille des huit heures. Le contexte est alors insurrectionnel, le monde du travail étant en effervescence à la suite du drame de la mine de Courrières où 1200 mineurs trouvèrent la mort. 40000 mineurs du Pas-de-Calais se mettent en grève spontanément. La répression ne vient rien arranger et la colère se propage. Près de 200 000 grévistes se

mobilisent dans le bâtiment (bastion des syndicalistes révolutionnaires), la métallurgie, le livre… le mouvement culminant avec 438500 grévistes dans toute la France ! Le gouvernement entretient la peur d’une guerre sociale imminente et d’une collusion entre les deux forces anti-systèmes de l’époque : le mouvement syndicaliste révolutionnaire et le mouvement Nationaliste (convergences observées par le professeur Zeev Sternhell).

Devant cette alliance, la République réagit rapidement. Clemenceau, nommé Ministre de l’Intérieur, dirige la répression. Griffuelhes et les principaux dirigeants de la CGT sont arrêtés sans raison (dont le trésorier Lévy qui sera retourné par la police durant son emprisonnement). Le 1er Mai s’accompagne d’une mobilisation importante des chiens de garde de la république qui multiplient les arrestations et tirèrent sur la foule des grévistes. D’un commun accord, les autorités et le patronat organisèrent le licenciement des fonctionnaires et des ouvriers les plus engagés dans l’action directe, des listes noires de militants furent dressées pour rendre leur embauche impossible.

Mais là où Clemenceau et son successeur A. Briand furent les plus efficaces c’est dans le retournement de responsables syndicaux par la corruption et l’infiltration d’éléments provocateurs (les archives de la préfecture de police regorgent de leurs rapports sur les activités de la CGT) qui propagèrent le trouble dans les esprits et discréditèrent l’action des syndicalistes révolutionnaires. En plus l’aggravation des dissensions internes et des guerres de tendances créèrent une situation explosive dans la direction.

La rupture: Le prolétariat contre la République.

Ce fut l'affaire de Draveil-Vigneux, montée de toutes pièces par Aristide Briand, alors Ministre de l'Intérieur qui mit le feu aux poudres. Une manifestation des terrassiers et des cheminots de la région parisienne le 30 juillet 1908 qui tourne à l'émeute. On relève deux morts parmi les ouvriers. La CGT appelle à la mobilisation ouvrière pour une grève générale. A la suite d’une manifestation à Villeneuve-Saint-Georges on déplore sept morts de plus. A l’aide d’un agent provocateur, le Ministre de l’Intérieur trouva  là le prétexte à l'arrestation de la plupart des dirigeants confédéraux, et parmi eux le secrétaire général Victor Griffuelhes, ce qui allait permettre aux traîtres de profiter de cet emprisonnement pour tenter un véritable putsch.

La libération des dirigeants emprisonnés ne tarda pas, mais dans l'ombre des hommes de main de Briand, et notamment le trésorier Lévy (vraisemblablement corrompu) et Latapie, lancèrent une véritable cabale contre Griffuelhes,l’accusant ouvertement de détournement de fonds dans l'affaire de l'achat d'un local confédéral. Les congrès suivants lavèrent Griffuelhes de tout soupçon, mais la crise était ouverte, car le secrétaire général ulcéré démissionnait. Lui succéda Niel, qui fut élu le 25 février 1909, secrétaire général de la C.G.T. avec les voix des réformistes. Mais les syndicalistes révolutionnaires ne se laissèrent pas faire : six mois plus tard Niel était contraint de démissionner à son tour.

Il fut remplacé par Léon Jouhaux. Il n'est pas étonnant que la tension monta à nouveau avec le pouvoir à partir de 1910. En octobre, la grève des cheminots, située dans le cadre d'une grande campagne contre la vie chère, fit envisager à Briand la dissolution de la C.G.T. Briand décida de faire un exemple : c’est l’affaire Durand. Le secrétaire du syndicat des charbonniers du Havre fut condamné à mort pour faits de grève auxquels il était entièrement étranger. Un vaste mouvement de protestation ouvrière se déclencha.

A ce moment crucial de son histoire, le monde du travail est largement opposé à la République libérale. Il est écoeuré par le comportement des anciens dreyfusards (Clemenceau et Briand) ,qui hier, encore appelaient la classe ouvrière à se mobiliser pour la justice et qui une fois arrivés au pouvoir se révèlent être les assassins du peuple… Ce rejet de la démocratie se manifesta jusqu’à la guerre. Le déclenchement  de la Grande guerre fut un échec pour les syndicalistes révolutionnaires. Après avoir tout fait pour arrêter la marche vers la guerre, l’élan patriotique vers l’Union sacrée les emporta. Léon Jouhaux, sur la tombe de Jaurès, appela les ouvriers à se rallier au régime. Ce ralliment marqua la fin de la période héroïque du syndicalisme d’action directe au sein de la CGT, qui, après guerre fut pris en  main par les bureaucrates qui en firent l’outil réformiste que nous connaissons aujourd’hui.