16/09/2014

Syndicalisme de la misère. Misère du syndicalisme.

 

syndicalisme,syndicalisme révolutionnaire,rébellion,socialisme révolutionnaire

 

Paru dans le numéro 1 de Rébellion (Juillet /Aout 2003)

Un consensus tacite s’est établi pour masquer l’érosion des effectifs des centrales syndicales. Personne ne cherche à révéler l’ampleur de la chute des adhésions. Le ministre du travail et le patronat n’y ont aucun intérêt, car, ils ont trop besoin de ces « partenaires sociaux » pour conserver l’ordre social en canalisant les revendications du monde du travail.

Avec à peine 9 % de syndiqués sur l’ensemble de la population active, ils ont bien du mal à incarner un organe représentatif de la classe ouvrière. Bien conscientes de cette situation, les directions syndicales se sont repliées sur la gestion des organisations paritaires de protection sociale à laquelle participent le patronat et l’Etat. Le partage du gâteau permettant de conserver une armada de permanents qui sont souvent les seules troupes des syndicats.

Moins de syndicats dans l’entreprise, c’est aussi plus de mauvaises surprises pour le patronat. Les grèves sauvages lancées par des coordinations se sont révélées plus difficiles à gérer, plus dures à canaliser que les mouvements organisés par les sections syndicales. Les conflits se sont durcis. La reprise de la lutte ouvrière à la fin de la décennie 1980, l’apparition de coordinations, lors de la grande grève des cheminots de l’hiver 1986-87, puis dans le conflit des infirmiers de 1988, révèlent une défiance vis-à-vis des appareils syndicaux chez les salariés. Les conflits se sont durcis avec un développement d’actions autonomes et spectaculaires.

Perspective déjà perçue dans les années 1920 par le courant conseilliste, la transformation des syndicats en courroies de transmission du système s’est accompagnée de l’adoption de revendications purement réformistes et catégorielles, d’un discours « citoyenniste » et de surenchères gauchistes (soutien aux sans-papiers, taxation des bénéfices style taxe Tobin…)

En faisant croire aux travailleurs que la hausse des salaires est le but ultime des luttes, les syndicats ne font qu’aménager le cadre de l’exploitation capitaliste.

Ils ne cherchent plus à s’attaquer de front à la domination du capital. Leur discours réformiste tente de faire croire à la fin de la domination de classe et des luttes qui en découlent. Pourtant il suffit de regarder autour de nous, pour constater que le fossé entre classes sociales perdure et s’accroît considérablement. Les affrontements sociaux ne manquent pas et même se multiplient avec la restructuration de l’économie entamée avec la mondialisation. Les syndicats sont d’ailleurs des partenaires de cette restructuration, comme l’illustra l’isolement des luttes lors de la fermeture des sites de la sidérurgie française à la fin des années 1970 et celle des chantiers navals au début des années 1980.

Ayant abandonné la lutte pour se replier sur des positions défensives, les syndicats ne sont plus l’avant garde des travailleurs. Les masses ne sont plus dans les organisations syndicales et l’évolution de ces dernières leur donne raison. Depuis la vaste mystification de l’hiver 95 aux négociations des 35 heures, les salariés se sont aperçus de leur trahison. Manifestant leur désapprobation, les travailleurs votent avec leurs pieds, ne se mobilisent plus sur les mots d’ordre syndicaux, boudent les élections, favorisent d’autres formes d’organisation de combat dans le monde du travail.

Devant l’impossibilité de constituer des contre organisations face aux centrales sclérosées (voir les expériences des syndicats FN ou de SUD), il faut tenter de créer une alternative. Les masses n’étant plus à l’intérieur de syndicats, partons à leur recherche au cœur du monde du travail et des luttes.

Les conseils ouvriers : une alternative ?

Après la Première Guerre Mondiale est apparue la perspective des conseils ouvriers, en Allemagne en particulier. Marqués par un refus du syndicalisme et de la social-démocratie réformiste, les conseils sont une organisation des travailleurs sur le plan géographique et non plus sur la base des branches d’industrie. Ils rejettent la bureaucratie syndicale des permanents au profit des délégués révocables par la base et responsables devant elle. Cette forme d’organisation facilite la participation de salariés syndiqués et non-syndiqués, en particulier des jeunes et des femmes, dans la construction d’une résistance ouvrière unitaire et inventive. Cette assemblée populaire est un lieu où se tissent des liens de solidarité et qui permet à chacun de s’impliquer dans une démocratie directe et dans la création d’alternatives au système.

Certains ont vu dans les conseils ouvriers l’image future de la société socialiste. Cependant une ambiguïté subsiste : le socialisme n’est-il que l’autogestion des structures économiques du capital ? Peut-on promouvoir un autre rapport social en se contentant de gérer des entreprises, sur le terrain économique ? Par exemple, de nos jours il ne s’agit plus de développer seulement les forces productives au nom du prolétariat comme le proposait le mouvement ouvrier, encore au début du vingtième siècle. Le socialisme n’est pas une solution productiviste. Par ailleurs, c’est actuellement une perspective vouée en grande partie à l’échec à cause de l’extension universelle du capital, de ses possibilités concurrentielles et de ses délocalisations. Cette perspective se transformerait rapidement en gestion de leur propre misère, par les travailleurs.

Le conseil est une forme pertinente de lutte dans la mesure où il permet un contrôle par la base. Encore ne l’est-il que s’il échappe aux manipulations gauchistes omniprésentes dans les « coordinations ». Que ce soit par l’intermédiaire de celles-ci ou par l’action des syndicats, les grèves longues, à répétition, épuisantes ne peuvent porter leurs fruits et n’aboutissent qu’au découragement. Elles n’entament pas la force du capital et entretiennent simplement l’illusion, que l’on pourrait aménager le système en demandant toujours plus. Elles entretiennent l’illusion de la pérennité du travail dans sa forme actuelle, le salariat et son corollaire contemporain, l’idéologie hédoniste et consumériste.

Rien ne sert de se battre pour des acquis qui seront rapidement grignotés. Il est plus que jamais nécessaire de rompre avec la logique capitaliste, en portant des coups au capital international notamment, et de ramener les travailleurs sur la voie de leur émancipation, par l’abolition de l’esclavage salarié.

Pour cela, la lutte demeure formatrice de la conscience des travailleurs qui apprennent à déjouer les piéges du système et de ses organisations de pseudo luttes. La résistance n’est pas inutile non plus sur le plan économique face au capital toujours prêt à mettre à mal les conditions d’existence des travailleurs.

Il faut toujours faire ressortir que l’antithèse au libéralisme n’est pas le socialisme bureaucratique d’Etat ni les versions sociales démocrates de l’Etat providence mais le socialisme fédéraliste et mutualiste.

Il appartient au mouvement social de produire une nouvelle figure de la politique permettant de se réapproprier nos conditions d’existence.

Cela implique la construction de réseaux de luttes avançant l’idée d’obsolescence de la démocratie représentative et prônant la démocratie directe pas seulement sur les lieux de travail mais dans la société en général. De là, une propagande contre les partis du système et par delà la droite et de la gauche.

Politique d’abord

La finalité est donc politique ; la doctrine conseilliste reste acéphale, il faut poser le problème du pouvoir. L’aspect positif de cette théorie réside dans la participation active des travailleurs à leurs conditions de travail et d’existence. Néanmoins, il faut insister sur la localisation du pouvoir, en fait l’hégémonie de la perspective socialiste. Celle-ci doit être mise en œuvre par des mesures précises que devrait prendre une République sociale. La République Sociale n’implique pas seulement un nouveau dessein ou un modèle d’Etat qui respecte la réalité primordiale de la Nation, mais avant tout un projet historique capable de matérialiser le concept de Souveraineté Populaire, ouvrant au tissu communautaire le contrôle effectif du mécanisme de gouvernement. On doit constater l’échec des anciens modes d’organisation du mouvement ouvrier -héritiers des luttes sociales du 19° et du 20° siècle- que le développement actuel du capitalisme rend inutiles. Au lieu de s ‘enfermer dans des logiques périmées, le militant Socialiste révolutionnaire doit œuvrer pour amener une prise de conscience des masses. Les jours du système seront comptés à partir du moment où les travailleurs auront compris ces tenants et aboutissants, et qu’ils ne lui reconnaîtront plus de légitimité.

Le Syndicalisme Révolutionnaire : une spécificité française

 

 

The_hand_that_will_rule_the_world-2.jpg

 

 

« Le syndicalisme français est né de la réaction du prolétariat contre la démocratie » (H. Lagardelle)

Dans l’histoire du mouvement ouvrier européen, le syndicalisme révolutionnaire français tient une place à part du fait de l’originalité de son organisation et de son mode d’action.

Ses origines.

La confiscation, par la bourgeoisie à son seul bénéfice de la Révolution de 1789, entraîna la mise en place de sa domination. Une de ses priorités fut d’empêcher que les ouvriers puissent s’organiser pour se défendre contre son exploitation. Sous le fallacieux prétexte d’éliminer les corporations de métiers de l’Ancien Régime, la loi « Le Chapelier » en juillet 1791 interdit toute entente entre travailleurs pour assurer leurs intérêts. Toute tentative de leur part étant jugée un « attentat contre la liberté et la Déclaration des droits de l’homme ».

En conséquence, le mouvement ouvrier naquit dans la clandestinité. Le développement croissant des organisations d’entraide des travailleurs furent reconnu sous le second Empire qui mit fin au délit de coalition en 1864. Mais la sanglante répression de

la Commune entraîne la disparition des meilleurs cadres révolutionnaires ; fusillés, exilés ou déportés vers les bagnes d’Outre-Mer à la suite de la Semaine Sanglante.

La classe ouvrière sera alors sous la surveillance draconienne des gouvernements successifs. La bourgeoisie, craignant à chaque instant un soulèvement général contre son pouvoir, encouragea la plus dure fermeté. On ne peut comprendre l’égoïsme bourgeois sans prendre en compte la peur permanente de se voir contester les biens qu’ils ont raflés. L’Etat devenant pour les travailleurs l’outil répressif du Capital. En 1831, 1848 et 1871 les classes dirigeantes ont répondu par la violence aux légitimes revendications de la classe ouvrière. Cette expérience de la répression forgera la conviction dans l’avant-garde prolétarienne que face à l’autorité, on ne peut pas négocier mais seulement lutter. L’anti-parlementarisme du syndicalisme révolutionnaire s’explique par la conviction qu’il n’y a aucune réforme possible dans un système né et dominé par le capitalisme. L’anti-militarisme vient aussi de là. L’armée n’étant plus la défenseuse de la Nation, mais la briseuse de grèves. L’envoi de troupes étant la réponse des pouvoirs publics aux attentes populaires. L’intense propagande anti-militariste des syndicalistes révolutionnaires rencontra un écho favorable dans les couches populaires contraintes de voir leurs fils embrigadés au service du régime répressif.  

Les Bourses du travail

La proclamation de la IIIème République ne mit nullement fin à la répression. La désorganisation des structures syndicales vit l’apparition de groupe réformistes, prêchant l’entente avec l’Etat et la bourgeoisie, qui ne firent que confirmer l’inutilité du dialogue avec l’oppression. Ce qui se traduisit par une poussée des syndicats d’orientation révolutionnaire. 

Durant cette période, dans le but de contrôler la circulation de sa main d’oeuvre le patronat encouragea les municipalités à créer des bourses du travail dans le but de réguler le marché du travail au niveau local. Elles se multiplièrent à une vitesse prodigieuse (la première a Paris en 1887 et dès 1890 à Toulouse).

Très vite, leur réappropriation par des militants révolutionnaires firent des bourses des centres de luttes sociales. Organisant la solidarité ouvrière, elles furent un laboratoire des futurs modes d’action des syndicalistes français. Ce mouvement fut mené par un homme exceptionnel, Fernand Pelloutier qui fut un des inspirateurs de G. Sorel qui le qualifiait de « plus grand nom de l’histoire des syndicats ». Il impulsera la création de la Fédération des bourses du travail de France. C’est à lui que le mouvement ouvrier français doit l’idée de la grève générale et de l’indépendance des syndicats à l’égard des partis et de l’Etat. Il est alors en totale opposition avec Jules Guesde, fondateur du Parti Ouvrier Français d’inspiration marxiste, qui affirmait la prépondérance de l’action politique de son parti sur les luttes syndicales.

Les bourses menaient en parallèle deux axes d’action. En premier lieu, une action sociale, qui consistait au placement des salariés, à les aider à se qualifier professionnellement et à se cultiver. Par des cours d'enseignement professionnel et d'enseignement général, des dispensaires médicaux chargés de lutter lors d'accidents du travail contre les compagnies d'assurance trop complaisantes avec le patronat, des bibliothèques destinées à la formation idéologique et à la distraction des ouvriers ou encore les services de renseignements juridiques afin de renseigner les travailleurs sur les nouvelles lois à caractère social de la IIIème République, les bourses du travail furent des applications concrètes du programme socialiste révolutionnaire. La dimension d’éducation populaire fut une des priorités de Pelloutier selon sa fameuse formule "éduquer pour révolter". L’émancipation des travailleurs devant d’abord passer par la prise de conscience de la réalité de leur exploitation. Comme le déclara Emile Pouget « la besogne des révolutionnaires ne consiste pas à tenter des mouvements violents sans tenir compte des contingences. Mais de préparer les esprits, afin que ces mouvements éclatent quand des circonstances favorables se présenteront »

En second lieu, l’action de liaison et de solidarité avec les syndicats ouvriers. L’implantation des bourses impulsa le développement des syndicats qui pouvaient s’appuyer sur leur réseau. Elles furent des lieux de regroupement pour les ouvriers grévistes, des fonds de solidarité se constituèrent avec des souscriptions dans les usines pour aider les travailleurs en lutte. C.G.T. et Fédération des bourses du travail fusionnèrent en 1902 lors du congrès de Montpellier, constituant ainsi une seule organisation centrale composée de deux sections, celle des fédérations de métiers et celle des Bourses du travail.  Mais avant cela eu lieu un événement fondateur pour le mouvement syndicaliste français : la naissance de la CGT.

1895 : La CGT

Quand en 1884, la loi autorise la création de syndicats, la République tente de séduire la classe ouvrière pour lui faire oublier son alliance objective avec le grand capital. La majorité des travailleurs restèrent méfiants, considérant que cette loi était conçue pour permettre de contrôler l’existence de structures jusque là clandestines.

Après des négociations préalables, c’est à Limoges en septembre 1895, que voit le jour la Confédération Générale du Travail qui se fixe comme objectif principal « d’unir sur le terrain économique et dans les liens d’étroite solidarité, les travailleurs en lutte pour leur émancipation intégrale ».

Après des premières années encore chaotiques, l’organisation sous l’impulsion de Victor Griffuelhes va connaitre une période d’intense activité. Nommé secrétaire général de la CGT, cet ancien ouvrier qui fut un militant blanquiste acharné, se consacre à faire de l’organisation une machine de guerre des classes.

Avec Emile Pouget, son fidèle camarade, on le retrouve partout où des grèves éclatent. Peu habitué aux palabres interminables, il impose son autorité d’une main de fer. Cela lui sera souvent reproché et lui vaudra de nombreux ennemis, mais on ne pourra jamais remettre en cause son désintéressement. Grâce à son caractère sans concession, les querelles entre courants furent mises en sourdine et le syndicat put garder une totale indépendance vis-à-vis de l’Etat qui tentait de corrompre les dirigeants syndicaux.

Lors de l’adoption de la charte d’Amiens, au congrès confédéral de 1906, on rappellera que : « La CGT groupe, en-dehors de toute école politique, tous les travailleurs conscients de la lutte à mener pour la disparition du salariat et du patronat.(…) Le congrès considère que cette déclaration est une reconnaissance de la lutte des classes qui oppose sur le terrain économique, les travailleurs en révolte contre toutes les formes d’exploitation et d’oppression, tant matérielles que morales mises en oeuvre par la classe capitaliste contre la classe ouvrière ».

L’action directe

Dans le mouvement socialiste de Janvier 1905, Victor Griffuelhes donnait de l’action directe la définition suivante : « l’action directe veut dire action des ouvriers eux-mêmes. C’est-à-dire action directement exercée par les intéressés. C’est le travailleur qui accomplit lui-même son effort ; il l’exerce personnellement sur les puissances qui le dominent, pour obtenir d’elles les avantages réclamés. Par l’action directe, l’ouvrier crée lui-même sa lutte, c’est lui qui la conduit, décidé à ne pas s’en rapporter à d’autres que lui-même du soin de le libérer ».

Les syndicalistes révolutionnaires menaient la lutte pour l’amélioration des conditions de travail pour que la « lutte quotidienne prépare, organise et réalise la Révolution » comme l’écrivait Griffuelhes.

Faite par des minorités agissantes et conscientes, l’action directe vise à frapper les esprits (comme lors de la grève générale de 1907 où Paris se retrouve plongé dans le noir suite à une action de sabotage des syndicalistes révolutionnaires électriciens). Elle doit imposer la volonté des ouvriers au patron, l’utilisation possible de la juste violence prolétaire pouvant entrer dans cette stratégie. « Il n’y aura, en effet, intégralité d’émancipation que si disparaissent les exploiteurs et les dirigeants et si table rase est faite de toutes les institutions capitalistes. Une telle besogne ne peut être menée à bien pacifiquement – et encore moins légalement ! L’histoire nous apprend que jamais, les privilégiés n’ont sacrifié leurs privilèges sans y être contraints et forcés par leurs victimes révoltées. Il est improbable que les bourgeois aient une exceptionnelle grandeur d’âme et abdiquent de bon gré… Il sera nécessaire de recourir à la force qui, comme le dit Karl Marx est l’accoucheuse des sociétés » (Emile Pouget-La CGT).

 

Le mythe de la grève générale en action 

Un bras de fer entre la CGT et l’Etat s’engage en 1904 pour la journée de huit heures. La campagne devant aboutir à une démonstration de force le 1er Mai 1906, qui est organisé activement pendant un an. Toutes les forces de l’organisation sont lancées pour la bataille des huit heures. Le contexte est alors insurrectionnel, le monde du travail étant en effervescence à la suite du drame de la mine de Courrières où 1200 mineurs trouvèrent la mort. 40000 mineurs du Pas-de-Calais se mettent en grève spontanément. La répression ne vient rien arranger et la colère se propage. Près de 200 000 grévistes se

mobilisent dans le bâtiment (bastion des syndicalistes révolutionnaires), la métallurgie, le livre… le mouvement culminant avec 438500 grévistes dans toute la France ! Le gouvernement entretient la peur d’une guerre sociale imminente et d’une collusion entre les deux forces anti-systèmes de l’époque : le mouvement syndicaliste révolutionnaire et le mouvement Nationaliste (convergences observées par le professeur Zeev Sternhell).

Devant cette alliance, la République réagit rapidement. Clemenceau, nommé Ministre de l’Intérieur, dirige la répression. Griffuelhes et les principaux dirigeants de la CGT sont arrêtés sans raison (dont le trésorier Lévy qui sera retourné par la police durant son emprisonnement). Le 1er Mai s’accompagne d’une mobilisation importante des chiens de garde de la république qui multiplient les arrestations et tirèrent sur la foule des grévistes. D’un commun accord, les autorités et le patronat organisèrent le licenciement des fonctionnaires et des ouvriers les plus engagés dans l’action directe, des listes noires de militants furent dressées pour rendre leur embauche impossible.

Mais là où Clemenceau et son successeur A. Briand furent les plus efficaces c’est dans le retournement de responsables syndicaux par la corruption et l’infiltration d’éléments provocateurs (les archives de la préfecture de police regorgent de leurs rapports sur les activités de la CGT) qui propagèrent le trouble dans les esprits et discréditèrent l’action des syndicalistes révolutionnaires. En plus l’aggravation des dissensions internes et des guerres de tendances créèrent une situation explosive dans la direction.

La rupture: Le prolétariat contre la République.

Ce fut l'affaire de Draveil-Vigneux, montée de toutes pièces par Aristide Briand, alors Ministre de l'Intérieur qui mit le feu aux poudres. Une manifestation des terrassiers et des cheminots de la région parisienne le 30 juillet 1908 qui tourne à l'émeute. On relève deux morts parmi les ouvriers. La CGT appelle à la mobilisation ouvrière pour une grève générale. A la suite d’une manifestation à Villeneuve-Saint-Georges on déplore sept morts de plus. A l’aide d’un agent provocateur, le Ministre de l’Intérieur trouva  là le prétexte à l'arrestation de la plupart des dirigeants confédéraux, et parmi eux le secrétaire général Victor Griffuelhes, ce qui allait permettre aux traîtres de profiter de cet emprisonnement pour tenter un véritable putsch.

La libération des dirigeants emprisonnés ne tarda pas, mais dans l'ombre des hommes de main de Briand, et notamment le trésorier Lévy (vraisemblablement corrompu) et Latapie, lancèrent une véritable cabale contre Griffuelhes,l’accusant ouvertement de détournement de fonds dans l'affaire de l'achat d'un local confédéral. Les congrès suivants lavèrent Griffuelhes de tout soupçon, mais la crise était ouverte, car le secrétaire général ulcéré démissionnait. Lui succéda Niel, qui fut élu le 25 février 1909, secrétaire général de la C.G.T. avec les voix des réformistes. Mais les syndicalistes révolutionnaires ne se laissèrent pas faire : six mois plus tard Niel était contraint de démissionner à son tour.

Il fut remplacé par Léon Jouhaux. Il n'est pas étonnant que la tension monta à nouveau avec le pouvoir à partir de 1910. En octobre, la grève des cheminots, située dans le cadre d'une grande campagne contre la vie chère, fit envisager à Briand la dissolution de la C.G.T. Briand décida de faire un exemple : c’est l’affaire Durand. Le secrétaire du syndicat des charbonniers du Havre fut condamné à mort pour faits de grève auxquels il était entièrement étranger. Un vaste mouvement de protestation ouvrière se déclencha.

A ce moment crucial de son histoire, le monde du travail est largement opposé à la République libérale. Il est écoeuré par le comportement des anciens dreyfusards (Clemenceau et Briand) ,qui hier, encore appelaient la classe ouvrière à se mobiliser pour la justice et qui une fois arrivés au pouvoir se révèlent être les assassins du peuple… Ce rejet de la démocratie se manifesta jusqu’à la guerre. Le déclenchement  de la Grande guerre fut un échec pour les syndicalistes révolutionnaires. Après avoir tout fait pour arrêter la marche vers la guerre, l’élan patriotique vers l’Union sacrée les emporta. Léon Jouhaux, sur la tombe de Jaurès, appela les ouvriers à se rallier au régime. Ce ralliment marqua la fin de la période héroïque du syndicalisme d’action directe au sein de la CGT, qui, après guerre fut pris en  main par les bureaucrates qui en firent l’outil réformiste que nous connaissons aujourd’hui.

 

08/09/2014

Guy Debord : Le théâtre des opérations

 

arton37.jpg

 

La réédition dans un fort beau volume des oeuvres complètes de Guy Debord offre l'occasion de se plonger dans le travail théorique d'un des penseurs les plus marquants de son époque. A un long silence a succédé la récupération et la banalisation de ses idées. A la faveur de la mode lancée par quelques intellos parisiens, les rayonnages des librairies croulent depuis dix ans sous les livres consacrés au « situationnisme » et à son « chef de file ». Souvent plus fasciné par le dandysme du personnage et le côté bohème de cette «  tribu », ils laissent de côté les aspects théoriques et subversifs de sa démarche.

Si le personnage et le penseur ont certes leurs limites, sa critique radicale des mécanismes de la société contemporaine fournit encore des enseignements pour qui prend la peine de les lire de manière critique. Laissons donc les interprétations des falsificateurs et plongeons- nous dans ses écrits pour nous faire notre propre opinion. La leçon principale étant de refuser tout changement qui ne serait que partiel, tout aménagement d'un système qu'il faut rejeter en bloc. Ainsi, on pouvait lire dans l'Internationale Situationniste cette définition de toute démarche révolutionnaire : «  La compréhension de ce monde ne peut se fonder que sur la contestation. Et cette contestation n'a de vérité, et de réalisme, qu'en tant que contestation de la totalité ».

 

Les fossoyeurs du vieux monde

Né en décembre 1931 dans une famille bourgeoise, Guy Debord arrête ses études avec son bac en poche pour se consacrer aux errances de la vie de bohème. Dans le Paris de l’immédiat après-guerre, il navigue dans les diverses avant-gardes artistiques. Il participe à une bande informelle de révoltés en rupture de ban. Dans les arrières salles de cafés douteux et enfumés, où les vapeurs sacrées de l'alcool font des ravages dans leurs rangs, ils se lancent dans un vaste projet de dépassement de l'art. Pour le faire sortir des musées et le réaliser dans la vie quotidienne, tous les moyens son bons. De l'architecture au cinéma, ils remettent en question les fondements utilitaires de la société moderne. Le petit groupe refuse l'enrégimentais et cultive le goût du scandale. Rien n'est sacré pour eux, pas même les vieilles icônes du surréalisme qui sont la principale cible de leurs coups d'éclats. Dans cette dérive effrénée, Debord se déclare cinéaste et réalise une série de films des plus étrange, tant au point de vue de la forme qu'au niveau du message. Rallié au mouvement lettriste, sa curiosité insatiable et son intelligence sans cesse à l'affût l'amènent à être très tôt, lucide sur les limites des avant-gardes purement artistiques. «  La formule pour renverser le monde, nous ne l'avons pas cherchée dans les livres, mais en errant » écrira-t-il. Fuyant, déjà, les récompenses que l'établissement réserve à ses opposants domestiqués, il veut aller plus loin.

La fondation de l'Internationale Situationniste traduit cette radicalisation. Devant réunir des artistes venus de toute l'Europe, le groupe prend très vite un tournant politique. Ne se contentant plus de la simple remise en question de l'art, ils étendent désormais leur contestation à l'ensemble de la société.

« L'IS ne peut pas être une organisation massive et ne saurait même accepter des disciples. L'IS ne peut être qu'une conspiration des Egaux, un état-major qui ne veut pas de troupes (...) Nous n'organisons que le détonateur : l'explosion libre devra nous échapper à jamais, et échapper à quelque autre contrôle que ce soit », affirmaient les situationnistes en 1963. La vie interne de cette Internationale qui ne comptera jamais plus de 70 membres (mais de seize nationalités différentes) fut des plus agitées. D'exclusion en démission, chaque rupture est « habillée » d'une savante et cruelle rhétorique pour cacher des querelles souvent personnelles. Il y a toujours deux raisons aux choses, commentera à ce propos Michèle Bernstein (membre de l'IS et compagne de Debord à l'époque). Il y a toujours la bonne raison, et il y a toujours la vraie raison ». Mais n'oublions pas qu'au delà des vicissitudes de vies hors normes, il y a chez les situationnistes un intense travail théorique.

Les sources de leur inspiration sont multiples. Sous l'influence de Hegel, de Feuerbach et de Marx, ils découvrent des auteurs marxistes non-orthodoxes comme le hongrois Lukàcs ou l'allemand Korsch. Ils n'ignorent pas l'histoire des courants libertaires ou d'ultra-gauche, en particulier les diverses expériences conseillistes. Ils puisent aussi dans les travaux contemporains de la revue Socialisme ou Barbarie ou du philosophe Henri Lefebvre. Au niveau du style, il est indéniable que la tradition littéraire française des « auteurs maudits » (Lautréamont, Rimbaud...) a donné un ton particulier à leurs écrits. Pour l'IS, la théorie n'est ni plus ni moins que ce qui vient renforcer la pratique d'un mouvement. « Nous voulons que les idées redeviennent dangereuses » affirmait Guy Debord.

Le mélange sera explosif. Leurs théories commencèrent à attirer l'attention avec la parution du brûlot  De la misère en milieu étudiant. Réalisé par une bande incontrôlée d'étudiants de Strasbourg influencés par l'IS, il lance une nouvelle forme d'expression révolutionnaire. Suivront La Société du Spectacle de Guy Debord et Le Traité de Savoir vivre à l'usage des jeunes générations de Raoul Vaneigem. Ces livrent eurent une très forte influence dans les milieux étudiants d'Europe et d'Amérique du Nord où ils furent largement diffusés et commentés par les futurs « enragés » de Mai 68. Le sens de la formule choc des situs qui maniaient savamment à la fois l'ironie et l'humour devait donner naissance à des appels insurrectionnels qui allaient fleurir bientôt sur les murs des universités de toute la France. Leur influence souterraine sur le « joli mois de Mai» s'explique par la séduction qu'opéra leur intransigeance. On retrouve les situs lors de l'occupation la Sorbonne, où ils participent activement au comité de grève étudiant et s'opposent violemment aux groupuscules trotskistes et maoïstes. Facétieux, ils en profitent pour abreuver de télégrammes d'insultes l'ambassade de Chine Populaire aux frais de l'université (non sans un certain humour : «  Tremblez bureaucrates STOP Le pouvoir international des Conseils Ouvriers va bientôt vous balayer STOP L'humanité ne sera heureuse que le jour où le dernier bureaucrate aura été pendu avec les tripes du dernier capitaliste STOP ») et pour expulser Alain Krivine d'une AG. Mais plus sérieusement, ils seront de toutes les initiatives pour élargir le mouvement vers le monde ouvrier.

Après que le pouvoir eût sifflé la fin de la récréation, les situationnistes durent faire face à une médiatisation incroyable de leurs actions, cette célébrité inattendue va provoquer la naissance d'une multitude de noyaux « pro-situs » faits de bric et de broc, qui ne furent jamais reconnus par Debord. La mode est alors à la révolution et toute une génération verse dans « l'extrémisme révolutionnaire ». Certains réalisent d'ailleurs d'importants bénéfices commerciaux sur cet engouement. Voulant éviter les manipulations et la récupération, les trois derniers membres de l'IS (dont Debord, les autres ayant été exclus...) déclarent l'autodissolution de l'organisation au printemps 1972.

Débute alors pour Debord un long cheminement solidaire durant lequel il affirme une pensée en rupture avec l'époque. Refusant toute forme de médiatisation, il est vite entouré d'une sulfureuse réputation par des journalistes toujours à l'affût d'un scoop. Il est probable, que l’auteur de la Société du Spectacle s'amusera à jouer avec cette image d'homme de l'ombre.

Mais le jeu prendra fin. Miné par un cancer, il se donnera la mort en novembre 1994. Ce dernier salut à un monde qu'il avait toujours refusé prend un sens particulier quand on regarde les itinéraires parallèles d'autres acteurs de cette mouvance. A la fin des années 70, le reflux révolutionnaire va laisser toute une génération échouée. Drogue, suicide, alcoolisme ou banditisme « politisé » : certains s'enfermeront dans une course vers le vide. Peu en sortiront indemnes. Comme expliquer ce désespoir ? Voilà un aspect peu connu et passé sous silence par beaucoup d'ex-gauchistes reconvertis sans honte dans les affaires. Pour avoir vécu une époque palpitante, ces révolutionnaires perdus ont refusé de rentrer dans le moule et se sont enfoncés dans l'autodestruction la plus totale. Ne pouvant parvenir à détruire le système, ils se sont détruits eux- mêmes. A nous de ne pas refaire les mêmes erreurs...

La Société du spectacle : la vérité nous rendra libre !

Livre le plus connu de Debord, il est souvent cité sans avoir était simplement lu... Si on s'en tient aux formules chocs, la définition qu'il donne au terme de Spectacle est qu'il est « le règne autocratique de l'économie marchande ayant accédé à un statut de souveraineté irresponsable ». Cela nous laisse sur notre faim...

Pour nous référer à l'analyse d'Anselm Jappe sur la pensée de Guy Debord, la Société du Spectacle n'est pas seulement le règne tyrannique de la télévision ou des mass média. Cela n'est que sa manifestation superficielle la plus écrasante. Le fonctionnement des moyens de communication et d'information de masse exprime parfaitement la structure de la société entière dont ils font partie. La contemplation passive d'images, qui de surcroît ont été choisies par d'autres, se substitue au vécu et à la détermination des événements par l'individu lui-même et la pratique collective. Ces phénomènes amenant un appauvrissement constant de la vie réellement vécue, sa fragmentation en sphères de plus en plus séparées, ainsi qu'à la perte de tout aspect unitaire dans la société (repaires culturels et temporels). Dans ce monde totalitaire, le Spectacle apparaît comme l'aliénation idéologique par excellence. Le Spectacle dans la société correspond à une fabrique concrète de l'aliénation.

Tandis que le pouvoir de la société dans son ensemble paraît infini, l'individu se retrouve dans l'impossibilité de gérer son propre univers. Guy Debord décelait dans cela la conséquence du fait que l'économie a soumis à ses propres lois la vie humaine. Aucun changement à l'intérieur de la sphère de l'économie ne sera suffisant tant que l'économie elle-même ne sera pas passée sous le contrôle conscient des individus. Reprenant le travail des courants minoritaires du marxisme, il assigne une importance centrale au problème de l'aliénation considérée non comme un épiphénomène du développement capitaliste, mais au contraire comme son noyau central. Le développement de l'économie devenu indépendant, est l'ennemi de la vie humaine qu'elle tente de conditionner à ses objectifs. Ainsi, l'homme se retrouve reproduit par les méthodes de production qui lui sont imposées par la recherche de la rentabilité, sans souci de sa santé et de son épanouissement humain. Il est de plus conditionné par ses « loisirs » et la consommation. A l'ouest comme à l'Est, dans les pays développés comme dans ceux du Tiers-monde, la logique de la marchandise règne sur l'ensemble du système social, où les individus ont perdu tout pouvoir et tout contrôle sur leur propre vie.

Sans rival, le Spectacle est l'auto-justification permanente du système de production dont il est issu. Pour ce faire, il n'a pas besoin d'arguments sophistiqués : il lui suffit d'être le seul à parler sans attendre la moindre réplique. Il n'est pas une simple forme de propagande, c'est l'activité sociale tout entière qui est captée par le Spectacle à ses propres fins. Toute la vie des sociétés modernes «  s'annonce comme une immense accumulation de spectacles. Tout ce qui était directement vécu s'est éloigné dans la représentation ». L'image se substitue partout à la réalité et donne naissances à des comportements réels formatés par elle. Cette structuration des images sert bien évidemment les intérêts d'une partie de la société, l'oligarchie. Avec l'époque moderne, le pouvoir a eu la possibilité de modeler la société dans le sens de son maintien. Cela passe par la falsification de la réalité à tel point que « dans le monde réellement renversé, le vrai est un moment du faux » affirmait Debord. Les normes les plus aberrantes de ce système deviennent familières à tous, elles sont acceptées et intégrées au comportement de l'ensemble de la société. Il suffit d'observer le comportement des générations nées sous sa pleine domination pour comprendre l'étendue de son emprise sur les esprits. Sous son règne, la connaissance et le sens critique ont été soigneusement éliminés pour ne laisser aucun repaire pouvant remettre en cause son existence.

Le Spectacle parvient à son apogée lorsqu'il arrive à créer l'illusion de l'unité de la société en masquant les divisions de classes. « L'unité irréelle que proclame le Spectacle est le masque de la division de classe sur laquelle repose l'unité réelle du mode de production capitaliste ». Et c'est aussi bien cette unité réelle d'une même aliénation qui se cache sous les fausses oppositions spectaculaires (« Droite/Gauche » par exemple). A l'époque de la Guerre Froide, les situationnistes affirmaient que le Spectacle servait à masquer « l'unité de la misère » en opposant deux mondes, d'une part le capitalisme occidental ( le spectaculaire diffus qui « accompagne l'abondance des marchandises, le développement non perturbé du capitalisme moderne ») et d'autre part le capitalisme bureaucratique soviétisé ( le spectaculaire concentré qui est le totalitarisme bureaucratique ), qui tous deux ne représentent en fait que la même aliénation exprimée sous des formes différentes. L'évolution du monde amènera plus tard, Guy Debord dans Les commentaires sur la Société du Spectacle paru en 1988 à constater la naissance du spectaculaire intégré qui à pour base le mensonge généralisé. Notre certitude de ne pas être trompé est désormais mise à mal par la découverte des pires manipulations étatiques. A ce stade, le Spectacle doit nier l'histoire, car celle-ci prouve que sa loi n'est rien, mais que tout est processus et lutte. Le Spectacle est le règne d'un éternel présent qui prétend être le dernier mot de l'histoire.

 

Mais l'histoire poursuit sa marche révolutionnaire. Les Situationnistes vont mettre au coeur de leur démarche la rupture révolutionnaire avec les faux semblants du Spectacle. Ils avaient pour but la création de situations, c'est-à-dire de moments de rupture qui permettent à la vie réelle de s'imposer à la survie au quotidien dans laquelle l'individu est enfermé. Le vécu est au coeur de la conception politique situationniste. La reconquête du quotidien passe par la prise de conscience de la nature artificielle des représentations médiatiques. Pour Raoul Vaneigem, l'homme pour se libérer de l'emprise spectaculaire doit retrouver « le goût enragé de vivre » en redevenant le seul maître de ses désirs.

Dans les conclusions de son maître livre, Debord est amené à présumer que le Spectacle se brisera contre un sujet qui dans son essence est irréductible à la spectacularisation. Un sujet devant être porteur d'exigences et de désirs différents de ceux causés par le Spectacle. Ce sujet résistant au phénomène est identifié par Debord au Prolétariat (1). Le prolétaire n'est plus seulement défini par ses conditions de travail, il est devenu «  l'immense majorité des travailleurs qui ont perdu tout pouvoir sur l'emploi de leur vie et qui, dès qu'ils le savent, se redéfinissent comme prolétariat ». Partant de son expérience quotidienne de la marchandisation du monde, ce prolétariat élargi doit devenir la « classe de la conscience ». La Conscience signifie le contrôle direct des travailleurs sur tous les moments de leur vie. Grâce aux Conseils Ouvriers avec lesquels les prolétaires peuvent d'abord conduire la lutte et par la suite gouverner une future société libre. L'opposition entre la vie humaine et les forces aveugles de l'économie ne laisse aucune place au doute. La véritable ligne de fracture se situe entre ceux qui veulent ou qui doivent conserver l'aliénation spectaculaire et ceux qui veulent l'abolir. Le reste n'est que diversions...

Note

1 - Comme le fait justement remarquer Anselm Jappe, les situationnistes n'avaient pas soupçonné que le prolétariat pourrait être rongé à l'intérieur de lui-même par les forces de l'aliénation, le faisant s'identifier activement au système qui le contient. Pour Debord, toujours lucide, la question n'était pas de savoir ce que les travailleurs sont actuellement, mais ce qu'ils peuvent devenir – et ce n'est qu'ainsi que l'ont peut comprendre ce qu'ils sont déjà.

 

Biblographie

Guy Debord – Oeuvres Complètes – Gallimard/Collection Quarto.

Anselm Jappe – Guy Debord – Denoël/Essai.

Laurent Chollet – L'insurrection Situationniste – Dagorno.  

04/09/2014

Pour une Ecologie véritablement révolutionnaire :Détruire ce qui nous détruit

Le combat écologiste est-il porteur, par lui-même, d’une véritable perspective révolutionnaire ? Nous pensons que non. Aussi virulente que puisse prendre son expression, il reste englué dans sa vision limitée du problème. S’il a la capacité de deviner les futures catastrophes, il est dans l'incapacité matérielle de les contrer. L’échec de l’Ecologie politique et les demi-succès de l’Ecologie Radicale sont révélateurs de la logique d’un mouvement qui n’arrive pas à remonter aux sources du Mal et qui ne parvient qu’à être récupéré par le système ou à s’enfermer dans une surenchère stérile.

Pour reprendre l’analyse de l’équipe de l’Encyclopédie des Nuisances (1), les écologistes représentent sur le terrain de la lutte contre les nuisances écologiques ce que représentaient, sur celui des luttes ouvrières, les syndicalistes : des intermédiaires intéressés à conserver les contradictions dont ils assurent la régulation, des négociateurs voués au marchandage (la révision des normes et des taux de nocivité remplaçant les pourcentages des hausses de salaire), des défenseurs du quantitatif au moment où le calcul économique s'étend à de nouveaux domaines (l'air, l'eau, les embryons humains ou la sociabilité de synthèse); bref, les nouveaux courtiers d'un assujettissement à l'économie dont le prix doit maintenant intégrer le coût d'un "environnement de qualité".On voit déjà se mettre en place, cogérée par les experts "verts", une redistribution du territoire entre zones sacrifiées et zones protégées, c’est-à-dire une division spatiale qui réglera l'accès hiérarchisé à la « marchandise nature ». Quant à la radioactivité, il y en aura pour tout le monde.

Dire de la pratique des écologistes qu'elle est réformiste serait encore lui faire trop d'honneur, car elle s'inscrit directement et délibérément dans la logique de la domination capitaliste, qui étend sans cesse, par ses destructions mêmes, le terrain de son exercice. Dans cette production cyclique des maux et de leurs remèdes aggravants, l'écologisme n'aura été que l'armée de réserve d'une époque de bureaucratisation, ou la « rationalité » est toujours définie loin des individus concernés et de toute connaissance réaliste, avec les catastrophes renouvelées que cela implique.

Partant du constat que la société capitaliste actuelle mène par son mode de production et de consommation à la destruction inévitable de notre environnement, nous intégrons pleinement l’écologie à un combat révolutionnaire. Nous la concevons comme une composante d’un projet plus vaste de remise en cause du capitalisme et non comme la motivation unique et principale d’une démarche réformiste. La contradiction entre le milieu naturel et le système capitaliste mondial est totale. Il n'y a aucun terrain commun, rien qui puisse enjamber la séparation définitive entre la préservation de notre planète et la logique d’exploitation sans limites de ses ressources, par le Capital.

C’est sur le terrain des rapports sociaux que se remportera la victoire de la défense de la Nature parce que c’est sur ce terrain là que se concrétise la conscience des enjeux majeurs afin de rompre avec la dynamique productiviste génératrice de pollution mais aussi de chômage et de crises. Seule la Révolution Socialiste pourra mettre fin au système en place et donner naissance à une nouvelle société, qui aura comme préoccupations (entre autres) de rechercher un rapport harmonieux avec son environnement. Parce qu’il ne sera pas guidé par le profit et organisé en firmes multinationales ou étatisées bureaucratiquement, notre Socialisme pourra être et sera un mode de production écologique. Il fera peut-être des faux pas, mais il n’introduira pas de façon systématique et aveugle des déséquilibres dans les cycles naturels, comme le fait le capitalisme. Il n’est pas la correction des lois économiques suivant des critères écologiques, mais le dépassement de la loi de la valeur et de l’économie.

Ce que met en avant la crise écologique, c’est la nécessité de ce dépassement, le caractère devenu absurde socialement de la loi de la valeur qui écrasait déjà l’existence des travailleurs pour augmenter à tout prix la productivité du travail afin d’accroître le profit.

Le Socialisme sortira de la loi de la production pour la production (valorisation du capital, productif ou financier), afin d’élaborer une approche différence de l’économie qui ne soit pas nocive à terme pour notre environnement, et pour la nature, plus largement. Si nous rejetons la course aveugle à la croissance nous ne pouvons souscrire à l’illusion de la décroissance et à sa phobie de la technologie. Basée sur les réels besoins humains- que la société aura à redéfinir- et non sur les artifices de la consommation de masse, la production sera orientée impérativement pour éviter des effets irréversibles ou difficilement réversibles quant à leurs effets sur l’homme et sur la nature. Le but étant d’obtenir une prodigalité de biens d’usage peu coûteux et de qualité, sans impacts destructifs sur l’environnement. La révolution transformera profondément le sens du développement technologique et les conditions de production.

Le mal n’est pas la technique mais l’utilisation qui en est faite par le Capital ainsi que le projet techniciste contemporain de la naissance des prémisses du capitalisme aux 16° et 17°siècles. L’innovation technologique n’est pas pour le moment un moyen de développer les possibilités de l’espèce et d’alléger ses peines, mais de faire produire plus de marchandises et mieux asservir le travailleur. Cela peut très bien changer si nous émancipons la technologie de la recherche du profit. Il est évident qu’un tel changement implique une rupture radicale qui ne peut être que la Révolution Socialiste ! De nos refus naît le futur !

Note :

  1. Encyclopédie des Nuisances, « A tous ceux qui ne veulent pas gérer les nuisances mais les supprimer », appel de 1991.

 

L’Ecologie Sociale : L’autre Ecologie Radicale

 

tumblr_mfvpfnXO2b1r4qt2qo1_1280.jpg

 

Un profond débat a agité le mouvement écologique radical américain de la fin des années 80. L’apparition de l’Ecologie Sociale, en réaction aux limites et dérives de l’Ecologie Profonde, va considérablement enrichir et rénover le discours sur l’Ecologie. Quasiment inconnu en France, son principal pionnier fut Murray Bookchin, intellectuel écolo-libertaire qui se définit comme un héritier de la longue tradition de lutte sociale américaine et en particulier des IWW (1). Il s’opposa, dés 1987, à la misanthropie latente présente dans la mouvance des écologistes radicaux sous couvert d’un culte de la nature sauvage. Mais il montra surtout combien l’approche limitée des rapports sociaux et économiques révélait leur ignorance totale des véritables racines de la crise écologique actuelle.

Dans la logique de certains des partisans les plus fanatiques de l’Ecologie Profonde (2), l’Homme n’est qu’une erreur de la Nature, un être malfaisant qui ne vit que pour détruire son environnement. Ils jugent l’espèce humaine comme étant par nature criminelle et voient dans les catastrophes naturelles un bon moyen de réguler sa population sur la surface du globe. On en arrive à des déclarations aberrantes comme celle de Dave Foreman, ancien porte-parole de Earth First dans les années 1980, qui certifiait qu’ "il est temps pour cette société guerrière de disparaître de la terre dans un raz-de-marée destructeur qui formera des anticorps contre la vérole humaine qui est en train de ravager cette belle et précieuse planète » , et de poursuivre que les actions de son organisation « n’ont pas pour but de renverser un quelconque système social, politique ou économique » mais de défendre les espaces encore sauvages du nord-américain. Le rejet de leur propre nature humaine les conduit à créer une opposition non fondée entre l’Homme et son environnement (recréant paradoxalement la distinction Homme/Nature biblique). Cette incapacité aveugle et torturée à distinguer ce qui est profondément anti-écologique dans le capitalisme empêche de voir ce qui pourra être profondément écologique dans une société qui en serait enfin libérée.

Le manque d’un véritable projet social dans l’Ecologie Profonde, montre l’absence d’une analyse rationnelle et cohérente de la crise écologique que nous traversons. Des visions éco-utopiques coexistent dans la plupart des publications ou sites Internet éco-radicaux avec des perspectives ultra autoritaires à faire frémir (3). Il n’est pas étonnant que se soient diffusées au sein de cette mouvance les thèses primitivistes  (voir par exemple le livre de John Zerzan, « Futur Primitif », chez l’éditeur «  A Coteaux Tirés ») d’un retour au modèle des chasseurs-cueilleurs pour succéder à la fin de notre civilisation.

L’Ecologie Sociale, sous l’influence du municipalisme libertaire de Pierre Kropotkine (4), tente de dépasser ces limites. Elle recherche la création d’une société basée sur des rapports sociaux non hiérarchiques, reposant sur des communautés démocratiques et autogestionnaires décentralisées. Elle insiste sur la nécessité du développement d’écotechnologies comme les énergies propres, l’agriculture organique et les industries à échelle humaine. Elle prône une décentralisation de la production et une désurbanisation pour redonner le contact de la nature à l’Homme. Le but étant de permettre de retisser un lien entre les hommes et de redonner naissance à une sensibilité écologique dans notre culture, ce projet ne pouvant s’accomplir qu’en combattant la logique de recherche du profit du capitalisme. C’est sur ce point que l’Ecologie Sociale converge avec notre point de vue Socialiste Révolutionnaire. Particulièrement lorsqu’ elle est à l’origine d’actions concrètes conciliant les deux approches écologistes, à la manière des activistes de l’Earth First s’alliant à des bûcherons dans le but de sauver des forêts anciennes du Grand Nord américain, en remplaçant les grandes entreprises forestières par des coopératives appartenant aux travailleurs et soucieuses de l’environnement.

Bien souvent plus radicale dans sa logique que l’Ecologie Profonde, l’Ecologie Sociale n’arrive pourtant pas à se débarrasser de certaines des illusions en vogue dans les milieux de Gauche ( recherche de contacts avec les institutions, alter mondialisme, citoyennisme). Mais elle pose pourtant une bonne question : comment le développement social peut- il s’intégrer harmonieusement à l’environnement ?

 

Notes :

1) Les Industrial Workers of the World est une organisation syndicaliste-révolutionnaire américaine qui mena la vie dure aux grands patrons par sa pratique systématique de l’action directe au début du 20° siècle.

2) Une partie de la base des organisations écologiques radicales (mais aussi les défenseurs des droits des animaux type ALF) est formée par les générations de citadins qui ont perdu tout contact avec la nature et qui ont une représentation fantasmatique de la Nature Sauvage. Cette ignorance des réalités de l’environnement a ainsi abouti en Angleterre à ce que les visons libérés des fermes d’élevage par l’ALF deviennent des prédateurs dangereux pour la faune locale.

3) Sont ainsi nées des organisations qui œuvrent pour l'extinction du genre humain. Ce qui nous est prouvé par la constitution récente de VHEMT (The Voluntary Human Extinction Movement) publiant sur Internet une quarantaine de pages contenant des arguments sérieux pour nous persuader que la race humaine doit s'éteindre volontairement par l’auto-stérilisation.

4) Pierre Kropotkine est issu de l'une des plus vieilles familles de la noblesse russe. Progressivement rallié au camp révolutionnaire, il voyage en Europe de l’Ouest. Arrivé à Zurich, il adhère à une section de l'Association internationale des travailleurs (AIT) proche de la tendance libertaire.  De retour en Russie, Kropotkine devient un propagandiste infatigable et, durant deux ans, il parcourt les quartiers populaires de Saint-Pétersbourg déguisé en paysan, sous le nom de Borodine. Revenu en Suisse, il déploya toute son énergie au service de la cause révolutionnaire, traversant l’Europe pour soutenir toutes les initiatives. Kropotkine publiera de nombreux ouvrages où sont exposés les principes de la société anarchiste: notamment Paroles d'un révolté, la Conquête du pain, l’'Anarchie dans l'évolution socialiste, les Prisons, la Morale anarchiste, la Grande Révolution, les Temps nouveaux, etc. Retourné en 1917 en Russie, il refusera les honneurs et un poste de ministre proposés par Kerenski. Il ne cesse de dénoncer la dictature qui s'instaure à la suite de la prise de pouvoir par Lénine et sera en butte à des tracasseries de la part des bolcheviks jusqu'à sa mort. Il est l’un des penseurs dont peut s’inspirer l’Ecologie sociale dans la mesure où il montra dans un de ses livres  L’entraide, l’importance de la coopération pour la survie au sein des communautés animales (et aussi humaines évidemment) fondant ses remarques sur les observations du naturaliste qu’il fut, également. Sa théorie vient tempérer la doctrine darwinienne de la lutte pour la vie dont on sait qu’elle fut également exploitée dans une optique de politique libérale.

 

Bibliographie :

Quelle Ecologie Radicale ? Débat entre M Bookchin et D. Foreman, Atelier de Création Libertaire.

 Murray Bookchin - Qu’est que l’Ecologie Sociale ? - ACL